AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
avatar
Rosalie L. Hale

CULLEN;
une famille comme les autres, hum peut-être pas...


Messages : 25
Date d'inscription : 21/08/2009
Pseudo : Neko

who are you ...
Don (si vous en avez un ):
Relations:

MessageSujet: Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »   Ven 21 Aoû - 10:36


feat. nikki reed
« le vampire que tu es »

•• noms et prénoms : Rosalie Lilian Hale Cullen, de mon identité entière et complète. Quelque part se logerait presque même, un McCarty invisible. Rosalie et Lilian, mes deux prénoms, m’ont été donnés par mes parents biologiques. Hale est le nom que j’ai tenu à garder de cette époque en question. Cullen, parce que depuis ma transformation, j’ai été adoptée par cette famille et que je me suis mariée à l’un d’entre eux (qui portait le nom de McCarty avant). En voila une identité bien compliquée. Retenez seulement Rosalie Hale. C’est sous cette identité qu’on me reconnaîtra le mieux.
•• âge réel et physique : Bien que mon visage représente sans peine une adolescente dans la fleur de l’âge, autrement dit âgée de dix-huit ou dix-neuf ans, il faut se méfier de l’eau qui dort. J’ai en réalité quatre-vingt quinze ans. Mais là, voyez vous, c’est mon petit secret.
•• date de naissance et de mort : Je suis née le vingt et un décembre mille neuf cent quinze. Reine de glace, dès la naissance il faut croire, puisque je suis arrivée en même temps que l’hiver. Je suis morte entre mes dix-huit et mes dix-neuf ans, ce soir du douze avril mille neuf-cent trente trois.
•• régime : Je suis une vampire végétarienne. Jamais un sang humain n’a passé mes lèvres et je suis assez fière de moi sur ce point.

•• description de votre physique : Humaine, ma beauté était reconnue comme très grande, foudroyante même, avaient ajoutés certains. Rosalie Hale était belle à en faire damner le plus saint des saints. Le fait de devenir un être immortel à vu se décupler en moi cet attrait. Ma beauté n’en est que décuplée aux yeux des simples mortels alors qu’elle cache une telle malédiction en vérité.
Au loin, je passe pour une jeune fille totalement parfaite. Une silhouette fine, élancée et sportive, de longues jambes bien dessinées à en faire pâlir quelques modèles, et une longue crinière d’un blond vénitien des plus parfaits, tombant dans le milieu de mon dos en boucles souples et régulières. N’ayons pas peur des mots, je suis une très belle femme, j’en suis fière. Beaucoup, pour ne pas dire presque tous les hommes se retournaient et se retournent encore sur mon passage, ce qui m’empli de fierté. Ma peau est d’un blanc immaculé, sans fautes, une véritable porcelaine de qualité, sans défauts. Il ne me manque que les joues d’un rouge profond pour ressembler à l’une de ces poupées de collection : joues rouges que je n’aurai jamais plus naturellement. Une peau blafarde, parfaite, mais qui malheureusement, est froide et dure comme le marbre. Un charme fou d’une beauté presque irréelle dont je jouerai sûrement sur je n’avais pas rencontré l’homme de ma vie voila des années.
Comme pour toute ma famille, la couleur de mes yeux amandins diffèrent en fonction de ma faim, allant de l’ocre si vous n’êtes pas en danger, jusqu’au noir profond où il vous faudra mieux fuir. Humaine, j’avais dans les yeux une jolie teinte chocolat qui se retrouve encore quelque fois, quand il est bien souvent temps que je parte chasser. De doux traits, surélevés par une fine bouche rosée, pâles également.
Côté proportion, il faut se méfier des apparences. Je mesure environ un mètre soixante-dix, et jusque là, pas de soucis, et je pèse, à vue d’œil environ cinquante kilos. C’est là qu’il faut vous méfier car malgré ma taille menue, je suis capable de soulever des montagnes. Comme tout vampire qui se respecte, de mes longs doigts blancs et fins, je peu soulever plusieurs centaines de kilos sans peines. Ma condition me donne aussi une rapidité inhumaine, mais surtout cette beauté dont je suis si fière. Malgré cela, mon regard froid dissuaderait n’importe lequel des meilleur coureurs de jupons du pays, et puis mon cœur est déjà pris, passez donc votre chemin.
Ma penderie est certes, trois fois moins grande que celle de ma sœur Alice, mais je partage la même passion qu’elle à savoir, le shopping. J’aime être bien habillée, à la mode, et désirable aux yeux de mon mari. C’est l’un des rares plaisirs que j’ai et que je partage avec ma petite sœur préférée. Il faut bien en avoir, des plaisirs, quand vous vous apprêtez à vivre pour l’éternité.

•• description de votre caractère : Les premières qualités qui ressortent de chez moi sont ma franchise, mon intelligence, et mon honnêteté. Je n'hésite pas à dire ce que je pense, excepté quand mes sentiments personnels sont en jeu. Je suis aussi très ordonnée, et j'aime que tout soit parfait, sur moi, comme dans mes objets personnels. J'ai toujours l'air parfaite d'ailleurs, et ces regards de peur, mêlés à l'incompréhension et à l'admiration des autres me plaisent bien. Je suis aussi assez intelligente, même si je n'aime pas me vanter [de plus mon attrait physique est souvent mis plus haut que ce côté la de mon caractère]. Je dois cette qualité à mon âge. 93 ans à vivre sur cette terre, j'ai eu le temps de m'adonner à beaucoup de choses. Je suis très cultivée. J'aime le cinéma, les pays étrangers, l'histoire et ainsi de suite. Si je peux être adorable, je n'en reste pas moins une demoiselle susceptible et rancunière. Mieux vaut ne pas me contrarier, ni me provoquer pour éviter ma colère. J'ai aussi un patience renommée ... bon très bien, c'était ironique. Je n'aime ni attendre, ni faire attendre. C'est ainsi qu'en moi raisonne une ponctualité à toute épreuve. Avec certains (pour ne pas dire qu'un seul), je peux me montrer très affectueuse. Côté pudeur, on aura vu mieux. Je préfère rentrer dans le groupe 'Je me fais câliner et je câline mon copain en public'. J'en suis même le leader. J'ai d'autres bons côté, mais ayant l'éternité devant moi je préfère attendre pour vous les montrer. Ainsi, le mystère Rosalie restera entier à vos yeux et je garderai cette part de désirable que vous me connaissez peut-être.
Si j'ai, ce que certains appelleront une gueule d'ange, on ne peut pas dire que ce côté de mon caractère puisse renforcer leurs idées. J'ai un très mauvais caractère, j'en suis consciente. Je ne sourit que très peu, je me sens souvent menacée et donc rarement en confiance, je ne parle que lorsque c'est nécessaire, je peux être très jalouse, têtue ou bornée comme vous préférez, de mauvaise foi et là encore j'en passe bien d'autres. Mes défauts sont là, nombreux, visible, mais il me passent bien au dessus de la tête. Ma seule recommandation, ne venez pas m'ennuyer, et tout ira bien pour vous et pour moi. Mon côté vampire, même après ces nombreuses années ne me plait pas tant que ça, et c'est ce qui me rend un peu grincheuse et asociale. Mes sourires, mes paroles, ma confiance, tout ceci n'est réservé qu'a ma famille. Je peux à vos yeux passer pour une jeune fille snob, superficielle et ainsi de suite, mais en réalité, je suis blessée, meurtrie par ce que je suis. Ma première jalousie, c'est le cœur qui bat dans vos poitrines, viennent ensuite les regards que vous posez sur mon tendre époux. Je suis prête à tout pour le garder. Je ne parle pas de mes sentiments, je préfère les montrer. Je change aussi rarement d'avis, et pour me faire entendre raison, il faut parfois s'y mettre à plusieurs. Quand j'ai décidé quelque chose, vous ne serez pas trop de trois ou de quatre pour m'arrêter.

« derrière ce personnage, qui s'y cache »

    •• prénom/pseudo : Lily
    •• âge : 20 ans
    •• fréquence de connexion : 7/7 normalement
    •• niveau rp : Je ne cherche pas à impressionner, aussi, j’vous en donne un de mes plus récents en tant que Rosalie (ou nous sommes, comme vous allez le voir) à l’annonce aux Cullen du prochain mariage entre Bella et Edward =)
    Spoiler:
     
    •• comment as-tu connu le forum : Hum … sur PRD j’crois bien … mais j’sais plus.
    •• as-tu lu le règlement ? alors quel est le code : J’lis pas les règlements, je ne respecte que le mien, c’est déjà bien :roll :
    Spoiler:
     


Dernière édition par Rosalie L. Hale le Ven 21 Aoû - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie L. Hale

CULLEN;
une famille comme les autres, hum peut-être pas...


Messages : 25
Date d'inscription : 21/08/2009
Pseudo : Neko

who are you ...
Don (si vous en avez un ):
Relations:

MessageSujet: Re: Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »   Ven 21 Aoû - 10:38

« l'histoire d'un enfant que j'ai été,
l'histoire d'un vampire que je suis devenu »

    C'est en 1915 que j'ai vu le jour. Je suis née à Rochester, quartier aisé de la magnifique cité new-yorkaise. Le quartier que j'ai connu regroupait une certaine catégorie de gens, à savoir, ceux venant d'un milieu social plus que modeste. Mon père, bel homme, reconnu, travaillait dans un banque, celle de la famille 'King'. Grand, athlétique, et désirant plus que tout se démarquer dans la bonne société, il a épousé une femme ayant les mêmes souhaits de lui. Ma mère est restée femme au foyer, s'occupant du domicile, de la bonne place de la famille dans le monde, mais aussi de ses trois enfants. Je suis née la première. Après moi, sont arrivés deux petits frères.

    J'ai toujours vécu heureuse parmi eux, même si mon père était rarement la, et que ma mère passait plus de temps à s'inquiéter de notre aspect physique que de notre culture intellectuelle. Je n'ai jamais compris, avant mes douze ans, ce que mes parents appelaient 'mon potentiel'. Mais grâce à cela, mon père m'offrait toujours de jolies robes, ma mère, ses amies et les miennes s'extasiaient devant ma chevelure. Quand ils ont commencé à parler de mariage, j'étais âgée de douze ans, et alors j'ai compris. Je suis devenue de plus en plus coquette, et j'aimais le regard des hommes qui me suivaient dans la rue.

    Mon amie (pour ne pas dire meilleure) Véra, et moi-même avions les mêmes rêves. Nous voulions nous marier, vivre heureuse, fonder une famille, avoir notre propre maison. Pendant toutes les années où nous nous sommes connues, nous nous complétions. Elle était ma confidente, ma sœur, tout pour moi. Un jour, j'ai appris qu'elle allait se marier, avec un garçon que mes parents n'auraient même pas remarqué pour moi : un Charpentier. Mais elle était heureuse, et c'est ce qui me rendait jalouse. Nous avions seulement dix-sept ans, et voila qu'elle était devenue, alors que moi, bien que tous se retournaient sur mon passage, je n'avais personne. Quand elle est tombée enceinte, j'ai cru mourir de jalousie, plus encore lorsque son petit garçon est né. J'étais consciente de mon hypocrisie, de ce sourire ravi que j'affichais en sa présence, alors que je ne voulais qu'une chose : ce qu'elle avait. Je l'ai finalement trouvé, l'année de mes dix-huit ans, ou plutôt, mes parents l'on choisi pour moi.

    Je l'ai rencontré parce qu'il était le fils du patron de mon père; Royce King allait hériter d'une belle fortune, et je n'ai vu en lui que celui qui saurait me rendre heureuse. J'aurai moi aussi un mari à aimer, une maison à diriger, un garçon avec des fossettes à élever. Tout ce que mon amie Véra avait, je l'aurai aussi, mais avec bien plus d'aisance. Comme souvent, mon père oubliait soi-disant son déjeuner. C'est affublée d'une de mes robes neuves que j'allais à chaque fois le lui porter. Il m'a courtisée, je me suis prise au jeu, et nous annoncions nos fiançailles deux mois après. Royce King avait tout pour plaire : l'élégance, l'argent, le charme, tout. Et j'étais maintenant celle qui lui était promise. Cependant, cet avenir utopique qui me souriait, m'échappait en même temps, sans que je m'en aperçoive. J'étais heureuse, et c'était tout ce qui comptait. J'avais alors mes dix-huit ans.

    J'étais sortie pour quelques affaires personnelles, rendre visite à mon amie, et acheter encore quelques petites choses pour mon prochain mariage, qui aurait lieu incessamment sous peu. Alors que je me suis décidée à quitter la demeure de ma vieille amie, en qui toute jalousie et rancune avait disparu de mon être grâce à Royce, je me suis rendue compte que la nuit était tombée depuis longtemps. Ma mère devait être en train de s'inquiéter. J'ai longuement marché sur les pavés froids des rues de New-York, illuminées par la seule clarté de la lune. J'ai alors entendu des bruits. J'ai sans nul doute reconnu mon fiancé, avec ses amis. C'est alors que le monde sembla s'écrouler autour de moi. Ils avaient bu, étaient tous ivres mort, et moi, au milieu de ces hommes forts, je n'étais qu'une simple rose à qui on arrachait ses pétales. J'ai été abusée sexuellement, sur les pavés de cette rue, sous les rires des autres, alors que je pleurai mon bonheur qui venait de s'échapper pour de bon. Torturée, blessée, meurtrie, autant de corps que d'esprit.

    C'est alors que survint, si on peut dire, ma première rencontre avec ma famille. Alertés par l'odeur de mon sang, Carlisle, sa femme Esmé et Edward étaient arrivés. J'ai eu peur, que ces personnes si parfaites physiquement soient des monstres comme Royce et ses amis. Je ne me souviens plus très bien, juste de quelques mots, comme le fait que de me transformer était dangereux, pas Rosalie Hale, pas elle. Un tel gâchis. Puis une vive douleur s'empara de moi. Ma tête me brulait, mon corps réclamait l'arrêt de toutes ces souffrances, mon esprit voulait partir, libre, je n'avais plus rien à perdre, pas même mon bonheur. Qu'on me laisse partir en paix, c'était tout ce que je demandais. Mais il en fut autrement. Voila que quelques jours après, j'étais moi aussi plus belle, moi aussi plus forte, moi aussi différente, comme eux, comme les Cullen. Carlisle m'a tout appris, ce que j'étais devenue, pourquoi est-ce qu'il m'avait sauvée, et tout ce que je devais savoir. Mais je n'ai retenu quelques mots comme 'vampire', 'force' et 'sang'. J'avais soif, certes, mais je n'ai pas ressenti cette soif comme tous les autres vampires. Moi, j'avais soif de vengeance, et j'avais maintenant l'occasion de la mettre à exécution.

    J'ai attendu quelques temps avant de mettre mon plan à exécution. On criait dans toutes les rues que Rosalie Hale avait disparue. J'étais partie avec les Cullen, aussi furent-ils accusés à tord, mais personne n'en sut rien. Je n'ai pas eu à attendre longtemps que les bruits se taisent pour revenir. Un à un, j'ai tué les amis de Royce, ceux qui ont rit, qui m'ont blessés. Je voulais le voir souffrir. Lui. Lui qui devait m'offrir tout ce dont j'avais rêve ne m'avait offert qu'un moyen de me venger. Ses quatre amis morts, j'ai été cherché ma robe de mariée, que j'ai enfilé sans difficultés. Je me suis rendue chez Royce, qui, pour sa protection, après avoir entendu les nouvelles, s'était protégé de deux gardes du corps. Ils ne firent pas le poids contre une jeune vampire assoiffée de vengeance comme je l'étais. Alors que j'étais là, devant lui, plus resplendissante que jamais, il a cru à une hallucination. Était-il donc idiot à ce point? Personne ne le saura jamais. Comme les autres, je l'ai tué, prenant un malin plaisir à le voir souffrir, et priant pour que ses dernières pensées soient des regrets pour ce qu'ils m'avaient fait. Tout était à présent terminé. Ma 'mort' avait été vengée, les véritables coupables avaient été punis. Jamais je n'ai bu leur sang. Je ne voulais pas m'abreuver du sang de monstres comme eux, ni de sang humains tout court d'ailleurs. Je n'étais pas un monstre moi-même. Je suis retournée près des Cullen, trouvant en eux le réconfort d'une famille que j'avais toujours désiré.

    En me transformant, Carlisle avait espéré que je devienne pour Edward, ce qu'Esmé était pour lui. Je dois dire que l'idée m'a plu Edward était plutôt joli garçon et ma beauté n'avait été que décuplée par ma transformation. Mais il n'eut pour moi aucun regard de la sorte, n'éprouvant à mon égard que l'amour d'un frère pour sa sœur. Je ne comprenais pas et je lui en voulais. Si je n'étais pas assez bien pour lui, qui le serait? Vivre parmi les humains est très dur pour moi. Je n'ai pas le droit de m'enticher de l'un deux, et le seul homme qui pouvait m'offrir tout ça n'avait aucun attachement de la sorte à mon égard. J'étais de nouveau jalouse, vexée, blessée. Mes premiers sentiments pour Edward n'ont donc pas vraiment été très tendres. Je pense qu'il le sait. Quand nous avons rejoint les Denali, je me suis rendue compte qu'aucune n'attirait son regard, j'ai compris. Je n'étais pas le problème, le problème, c'était lui.

    Nous sommes restés ainsi jusqu'en 1935, eux les Cullen et moi, Rosalie Hale. Nous vivions dans un village du Tennessee a cette époque. Un jour, je suis partie chasser. J'étais une âme solitaire, un vampire qui n'aimait pas sa condition. J'avais plusieurs fois pensé à provoquer les forces supérieures afin de ne plus avoir à endurer tout cela, mais je n'en ai jamais trouvé la force. Aujourd'hui, je sais pourquoi. Mêlé aux cris d'un ours, ceux d'un homme avait retenti. Je me suis hâtée vers l'origine des hurlements pour y découvrir un jeune homme âgé d'une vingtaine d'années tout au plus. J'ai alors sauté à la gorge de l'animal, transperçant une artère. Il mourut peut de temps après. Sur le sol, le garçon gisait dans son sang, immobile. Il était si beau. Ses boucles brunes me rappelaient tant celles du fils de mon amie, du fils que je n'aurai jamais. Je ne pouvais pas le laisser mourir, c'était impossible. Faisant fis de ma soif qui pesait ardemment sur ma conscience, ignorant tout ce sang humain appartenant à l'homme, j'ai trouvé le courage de le porter sur mon dos, sur plus de cent cinquante kilomètres. J'ai alors appelé Carlisle, je lui ait demandé de le sauver, comme il m'avait sauvé moi. Je ne me sentait pas le courage de le faire. C'est ainsi qu'Emmett est arrivé dans notre famille, et c'est aussi ainsi qu'il est entré dans mon cœur pour ne plus en sortir.

    Nous avons vécu ainsi quelques temps, avant de voir débarquer à leur tour une espèce de petite lutine, toute souriante, avec à son bras, un beau blond très pensif. Alice et Jasper avaient fait un long voyage pour nous retrouver. La demoiselle semblait visiblement au courant de notre condition et de notre mode de vie. Elle dit nous avoir vu dans une de ses visions. J'avais du mal à me représenter cela. Alice, comme Emmett et Edward auraient le nom de Cullen. Jasper, ayant un semblant de ressemblance physique avec moi prendrait mon nom, à savoir Hale. Il serait mon jumeau, nous serions tous les enfants adoptifs de Carlisle et Esmé, deux parents merveilleux. Nous avons alors voyagé de ville en ville, de contrée en contrée, de maison en maison, de lycée en lycée. Voila quelques années que nous nous sommes installés dans la petite ville de Forks, dans la contrée de Washington. Esmé a, pour nous, rénovée une fantastique maison nichée au cœur de la forêt. A nouveau, nous devons recommencer nos études, et à nouveau, nous devons nous contrôler. Cependant, alors que tout semblait marcher sur des roulettes comme disent les gens d'aujourd'hui, cette Isabella Swan venant de débarquer n'apportait aucune onde de bonne à mon avis. Il faudra que je l'ai à l'œil. Avant tout, protéger notre secret et notre famille serait primordial, et ce n'est pas une humaine dans son genre qui viendra faire un remue-ménage dans notre famille.

    Et j’avais raison. A peine un an après sa rencontre, nous avons du partir, trop en danger. Voila ce qu’on gagnait à vouloir côtoyer des vampires. Quelque part, je me réjouis. Ainsi, elle n’a plus de raisons de vouloir nous rejoindre. C’est triste quelque part. Sa candeur, son innocence avait apporté du neuf et de la maladresse à toutes nos perfections. Ca faisait du bien, mais comme le dit le proverbe, on ne se rend compte qu’on tient vraiment à quelqu’un qu’une fois qu’on l’a perdu. Trois ans que nous sommes partis, et trois ans que notre famille se meurt presque. Carlisle et Esmé ne sont plus les même, Edward est retourné dans ce mutisme d’avant, Jasper se sent toujours coupable, Alice et Emmett n’ont plus cette étincelle de joie dans leurs yeux, et moi, et bien je suis redevenue cette reine de glace, fermée, impassible, alors qu’Isabella Swan, dans ses propos avait réussi à me refaire sourire une fois ou deux. Le manque de vision d’Alice au sujet de la petite humaine est vraiment inquiétant. Carlisle à été le premier à prendre la décision pour toute la famille : et nous sommes revenus à Forks.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isabella Swan

THE STUPID LAMB;
j'ai oublié le passé maintenant


Messages : 571
Date d'inscription : 29/05/2009
Age : 24
Copyright (c) : aurélie
Pseudo : lulute #SBAFF# c'est mon pseudo mais aussi un surnom alors --'

who are you ...
Don (si vous en avez un ): apparament, je peux bloquer mon esprit de tout pouvoirs.
Relations:

MessageSujet: Re: Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »   Ven 21 Aoû - 10:40

Mamamiaaaaaaaah j'ai même pas besoin de dire bonne continuation pour ta fiche, il me semble que tu as .. terminée Smile

ouaaah c'est tout bonnement magnifique, je ne peux que te validée, franchement qui ne voudrait pas de toute cette magnifique fiche que voilà. Code bon Very Happy
_________________

    bella, i'm never hurt you, i'm promise

    statut : présente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-twilight-begin.forumactif.com
avatar
Alice Cullen

♥ PETIT LUTIN ♥
I see everything and I know everything


Messages : 66
Date d'inscription : 13/07/2009
Age : 27
Copyright (c) : Jules
Pseudo : Summer Sunshine

who are you ...
Don (si vous en avez un ): Percevoir le futur
Relations:

MessageSujet: Re: Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »   Ven 21 Aoû - 10:41

Bienvenue Rosalie, amuse toi bien parmis nous^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
thalie d. di maccio

VAMPIRE;
miam miam le sang humain #SBAFF#


Messages : 110
Date d'inscription : 20/07/2009
Copyright (c) : (c) nuty
Pseudo : nuty.

who are you ...
Don (si vous en avez un ): Lorsqu'une personne "douée" se trouve dans mon champ visuel, je suis capable de m'approprier son don.
Relations:

MessageSujet: Re: Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »   Ven 21 Aoû - 10:42

    Benvenuto, j'aime beaucoup ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hale R. « 'Cause grumbling is an art of life »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after.twilight.begins :: • Détente mon amie ; Détente • :: la poubelle des topics et autres -